Transparent image

← Back to Blog Home

L’impression 3D au secours des sociétés de maintenance

Imaginez un monde où les problèmes d’inventaire ne sont plus que de l’histoire ancienne. L’aubaine absolue pour les entreprises de maintenance, lorsque l’on connaît les problématiques liées à la gestion des stocks ! Un rêve qui pourrait bien devenir réalité d’ici quelques années grâce à l’essor des technologies d’impression 3D.

La fin des problèmes d’inventaire ?

L’impression 3D pourrait permettre de résoudre l’un des principaux problèmes de l’industrie des services de maintenance : les problèmes d’inventaire. La nécessité d’avoir une myriade de pièces à disposition pour faire face à des situations diverses représente une limite sérieuse à l’activité du secteur. Les besoins en inventaire représentent un poste de dépense gargantuesque, tout en nécessitant beaucoup d’espace et une organisation adaptée. Et ne parlons pas des délais pour obtenir les pièces lorsqu’elles ne sont pas disponibles en inventaire !

L’impression 3D permet de gérer l’imprévu

La technologie de pointe qu’est l’impression 3D pourrait désormais permettre d’imprimer les pièces en interne sur le site de la compagnie. Une avancée révolutionnaire pour le secteur ! Et surtout, un atout en termes de versatilité. Il suffirait de posséder le plan de la pièce souhaitée et les matériaux de construction adaptés pour faire face à n’importe quel imprévu.

Sans compter le potentiel représenté par la possibilité d’embarquer des périphériques d’impressions dans les véhicules des techniciens. Une simple connexion à internet permettrait ainsi de télécharger les plans de la pièces désirée afin de la produire dans l’immédiat. Reste que les services de maintenance pourraient bien devoir s’armer de patience avant d’en arriver là.

L'impression 3D dans le secteur des services de maintenance

L’impression 3D est-elle le futur du secteur des services de maintenance ? (crédits photo MKZero)

Une question de coûts et de fiabilité

Quelles sont les principaux freins actuels à l’adoption généralisée de l’impression 3D dans le secteur des services de maintenance ? Le prix de l’équipement devient de moins en moins prohibitif depuis la démocratisation de la technologie auprès du grand public, et les coûts pourraient semblent justifiés lorsque l’on anticipe un retour sur investissement grâce à la diminution des frais d’inventaire.

Sauf que les technologies d’impression 3D ne sont encore suffisamment au point pour être totalement versatiles. L’impression des plus grosses pièces reste difficile à effectuer en interne pour les entreprises de maintenance avec les équipements actuels.

L’impression 3D fait surtout face, pour le moment, à des problèmes de coûts et à des contraintes d’usage. Le coût engendré par l’impression ne vient pas tant des coûts d’équipement que de la lenteur des processus actuels (l’impression 3D d’une pièce est trop lente et engendrerait au final un coût 10 à 100 fois supérieur à son achat auprès d’un fournisseur).

Sans compter les contraintes engendrées par l’impression 3D dans l’état actuel de la technologie. Les imprimantes nécessitent un environnement totalement stable pour être fonctionnelles (ce qui exclut d’emblée leur présence dans les véhicules de fonction des techniciens), sans compter les contraintes d’environnement comme leur intolérance à la poussière.

L’impression 3D, le futur des services de maintenance

Il ne fait aucun doute que l’impression 3D semble représenter une solution idéale à un certain nombre de contraintes actuelles des services de maintenance. Elle permettrait surtout de régler les problèmes d’inventaire et de permettre une activité fluide et versatile ! Mais il faudra malheureusement attendre quelques années pour que les technologies d’impression 3D deviennent suffisamment rapides et fiables afin de s’intégrer durablement dans l’activité des services de maintenance.

Crédit photo couverture : 3D printer by Luke Jones

Ce contenu a été publié dans Général, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.